Acome, Solutions for a connected world Acome, Des solutions
pour un monde en réseau

Solutions for a connected world

Le véhicule propre

Parmi les mesures visant à lutter contre le réchauffement climatique, la réduction des émissions de CO2 des véhicules figure en bonne place. Aujourd’hui, elle constitue un axe de développement primordial pour tous les constructeurs, en France et dans le monde.

   

Selon une étude JATO* de 2010, les émissions de CO2 des véhicules neufs européens ont baissé de 5 grammes par rapport à 2009. Cette bonne nouvelle est la conséquence d’une réglementation incitative en faveur des véhicules propres qui oblige les constructeurs à faire les choix techniques adéquats. En Europe, la règlementation souhaite diminuer les émissions moyennes de CO2 des véhicules neufs à 130 g/km. L’objectif visé est de 95 g/km (4 l/100 km) en 2020, qu’il faut comparer à la moyenne actuelle de 160 g/km (6,5 l/100 km). Aux États-Unis, le président Obama a proposé l’objectif de 35,5 miles par galon (mpg), soit 6,5 l/100 km, pour 2016, tandis que la moyenne s’établit actuellement à 9 l/100 km.

En France, l’État a prévu de mettre en place, d’ici 2020, un ensemble de dispositifs règlementaires visant à réduire ses émissions. Voté en décembre 2007, le mécanisme du bonus/malus favorise l’achat de véhicules propres, c’est-à-dire émettant moins de 130 g de CO2/km.

De nouvelles technologies pour réduire les émissions

> Le downsizing : cette optimisation des moteurs thermiques vise à réduire la cylindrée d’un moteur tout en accroissant son rendement. Diminuer la taille des pièces d’un moteur permet de réduire les frottements ainsi que les besoins d’énergie nécessaires au mouvement des pistons, d’optimiser la combustion et d’alléger le moteur. Autant d’atouts qui peuvent réduire la consommation d’énergie du moteur jusqu’à 9 %. Par ailleurs, l’optimisation des réglages du moteur entraîne également une diminution de la consommation.

> L’allègement des véhicules ( B): parce qu’un véhicule plus léger consomme moins, de nombreux moyens tels que l’utilisation de nouveaux matériaux de faible masse volumique (composites, structures en nid d'abeille, alliages d'aluminium ou de magnésium, etc) ou la réduction de l’épaisseur de certaines zones non critiques de tôle sont mis en œuvre.

> Les nouvelles motorisations : même s’il varie d’un pays à l’autre, le bilan CO2 est globalement très favorable pour les véhicules électriques. C’est pourquoi, le développement des véhicules électriques et hybrides est en pleine expansion. Thierry Koskas, directeur du Programme véhicule électrique de Renault, affirme la volonté du constructeur de faire du véhicule électrique en masse, c’est-à-dire d’en produire plusieurs centaines de milliers dès l’horizon 2015. Même engouement pour PSA qui a prévu de développer son offre en mobilité décarbonée avec, par exemple, la sortie d’un véhicule hybride diesel dès l’automne 2011.

Pour répondre à ces avancées technologiques, ACOME propose des alternatives au câblage traditionnel conduisant à des réductions de poids et de coût faisceaux. L’entreprise développe une offre de câbles pour véhicules hybrides et électriques adaptées au plus proche des exigences clients.

* Organisme international d’information automobile (www.jato.com)