Acome, Solutions for a connected world Acome, Des solutions
pour un monde en réseau

Solutions for a connected world

Les nouvelles mobilités

Avec en arrière-fond la volonté de « rouler plus écologique », le développement de la mobilité urbaine et rurale correspond également à une nouvelle façon de penser le transport. Partage et services semblent définir les grands principes de la mobilité de demain.

   

Longtemps considérée comme un symbole de liberté et de réussite sociale, l’automobile s’avère vouée à redevenir un simple outil de déplacement. Désormais, elle doit s’adapter à de nouveaux usages dictés par des soucis écologiques et économiques.

De nouvelles sources d’énergie…

Plus économes et moins bruyants, les « véhicules propres » ( B) (électriques ou hybrides) percent peu à peu le marché de l’automobile, grâce notamment à la volonté politique*. Ainsi, la prochaine Peugeot 3008 Hybrid4 offre une consommation inférieure à 4 litres aux 100. La Renault Twizy affiche quant à elle une consommation de 7 g de CO2/km. Cependant, concernant les véhicules électriques, la disparition d’émissions de CO2 ne sera complète que lorsque l’électricité sera produite à partir d’énergies non fossiles. Le développement d’ombrelles photovoltaïques avec prises électriques permet déjà de suivre cette voie.

Beaucoup reste cependant à faire pour concilier mobilité et énergies renouvelables. Certains entrepreneurs américains travaillant sur un prototype de route en panneaux photovoltaïque font office de précurseurs. En attendant, la meilleure énergie étant celle qu’on ne consomme pas, l’usage du vélo se développe. L’Asie du Sud-Est reste bien évidemment exemplaire en la matière, mais il faut noter que plusieurs grandes villes européennes ont déjà systématisé l’usage de la petite reine. Une pratique encore peu développée en France.

… pour de nouveaux usages

Le déploiement de véhicules électriques implique une modification des usages. Il paraîtra un jour logique de rouler électrique en ville et hybride (ou autre) sur de longs trajets. Se dessine en parallèle, pour des raisons principalement économiques, la généralisation d'une voiture urbaine en auto-partage. Ce phénomène consiste en l’usage successif d’un même véhicule, mis à disposition par une société ou un particulier, par divers utilisateurs et ce, pour une durée brève. Une étude du cabinet Olivier Wyman (avril 2009) estime qu’une voiture en autopartage équivaut à une quinzaine véhicules individuels. Ce système est particulièrement développé en Amérique du Nord.

D’autres solutions de mobilité voient le jour comme les voitures et les vélos en libre-service ou l’auto-sociale, laquelle fait partie des dispositifs sociaux de mobilité. Suivant l’exemple de la Chine ou de l’Inde, l’Europe découvre également le vélo-taxi et la moto-taxi.

La gestion des flux

La mise en œuvre de ces mobilités varie en fonction des territoires et de leur densité : grandes agglomérations denses, territoires périurbains, villes moyennes, espaces à dominante rurale, etc. Son efficacité dépend également de la possibilité de combiner aisément tous les modes de transport. Pour optimiser l’usage du territoire, une solution consiste à différencier les tarifs de stationnement en périphérie et en centre-ville. Plus attractifs en périphérie, les parcs incitent à combiner le transport individuel et collectif. Cette solution a ainsi permis de décongestionner le centre-ville de Munich.

Autre idée : le péage intelligent. Capable de varier les tarifs en fonction de l’heure, du mode de déplacement et du nombre de personnes occupant la voiture, ce système incite le voyageur à choisir son mode de déplacement et le moment où il l’utilise. Cet outil, qui offre une gestion dynamique des flux routiers, permettrait de libérer 20 à 30 % de capacités routières supplémentaires.

Enfin, l’accroissement de services liés à la mobilité caractérise de façon durable la future mobilité. Du véhicule intelligent ( B) à la voiture communicante ( B) en passant par les smartphones, les technologies ne manquent pas pour accompagner la mobilité et optimiser les déplacements : localisation des sièges disponibles dans les covoiturages, positionnement de la voiture partagée la plus proche, etc. À terme, nous sommes en droit de penser que la facilité d’usage deviendra un argument de taille devant le coût et la durée du déplacement lui-même.

Soucieuse d’accompagner ces évolutions, ACOME développe des offres adaptées pour le câblage de véhicules hybrides et électriques ainsi que pour les nouveaux services de l'automobile de demain ( offres et services ( B)).

* Le développement des « véhicules propres » est incité par l’État français qui a présenté en octobre 2009 un plan national de développement comprenant différentes mesures : infrastructures de recharge, prêts bonifiés aux constructeurs, super bonus à l’achat, obligation de prises de recharge dans les nouveaux parkings, droit à la prise pour les copropriétaires d'immeubles, obligation de prises dans les entreprises, etc.