Nanomodule pour le Royaume-Uni : le câble aérien innovant permettant un accès simplifié et rapide à la fibre

Réseaux télécoms & FTTH

Dans un contexte de forte demande en connectivité liée aux ambitions du Royaume-Uni, les déploiements s’accélèrent. Selon les prévisions 2022 de l’IDATE, 7 millions de foyers sont raccordables au FTTH et cette accélération va continuer jusqu’en 2027 pour atteindre 30 millions de foyers raccordables. Cette forte demande concerne des zones urbaines mais également des zones moins denses or pour ces dernières, le déploiement en aérien s’impose comme le plus pertinent ; des déploiements aériens qui sont contraints dimensionnellement à un diamètre de 7 mm, en clair à 48 fibres dans un câble ULW classique. Avec la nouvelle technologie du Nanomodule, ACOME fait sauter cette limite et propose un câble ULW de 7 mm avec 72 FO en modules de 12 fibres et de diamètre standard 250µm pour répondre aux enjeux du marché : un déploiement FTTH plus rapide, plus économique, plus performant et plus eco-friendly. Nous allons voir dans cet article les caractéristiques, les avantages et les bénéfices que cette innovation confère aux infrastructures anglaises et son amélioration en matière de total cost of ownership (TCO).

Un câble plus dense

Aujourd’hui, au Royaume-Uni les câbles aériens sont contraints par un diamètre maximum de 7mm. Cette contrainte limite le nombre de fibres standards (250µm) en tubes de 12 fibres. C’est pourquoi traditionnellement, la gamme Ultra Light Weight standard s’arrête à 48 fibres.

Si ACOME propose depuis plusieurs mois un 60 fibres, PIA approved, c’est en jouant sur le diamètre de la fibre en adoptant une fibre 200µm. Pour autant, les technologies avec modules tubulaires ne permettent pas d’aller plus loin en module de 12 fibres.

Pourtant, le calendrier ambitieux de déploiement du FTTH aux UK, impose de densifier les câbles pour permettre des déploiements plus rapides, moins onéreux et plus pérennes dans la durée, avec un bilan carbone amélioré. C’est ce que propose la technologie Nanomodule ULW. En effet, en comparant l’innovation qu’est le Nanomodule ULW 72 FO par rapport aux structures denses actuelles (compact tube et microloose tube) on constate une augmentation de 80 à 100 % de la densité du Nanomodule. Grâce à cette densification, vos déploiements seront plus rapides. Les installations nécessiteront moins de temps et grâce à l’accès en mid span seuls les fibres nécessaires sont utilisées.

densité du câble

Réduction du Total Cost of Ownership (TCO) : CAPEX et OPEX

Cette nouvelle technologie permet de réduire le Total Cost of Ownership. En utilisant, par exemple, un câble 72 fibres en lieu et place de deux câbles 36 fibres auparavant, le CAPEX est réduit de 33 %, comme en témoigne le graphique ci-dessous. À la clé, c’est une économie de plus de £1000 par kilomètre déployé.

TCO comparaison

Par ailleurs, le TCO se trouve d’autant plus réduit que l’utilisation d’un seul câble permet une réduction des coûts annuel du PIA (rétribution payée à OPENREACH). Du reste, le déploiement étant plus rapide cela améliore votre coût global de possession (TCO) et permet également de réduire les retards (pénalités et commercialisation des abonnements).

Le nanomodule en 72 FO, une solution pour répondre aux enjeux du marché

Pour un module de 12 FO de 250µm, cette nouvelle technologie permet de réduire son diamètre de près de 30 % par rapport au micro loose tube. Cette miniaturisation permet de densifier les câbles dont les enjeux sont détaillés plus haut.

Une étanchéité sèche, pour un gain de temps et une pollution réduite

Alors que la gelée est souvent utilisée pour rendre étanche un module, ACOME a privilégié l’étanchéité sèche (par filin gonflant). Ce recours à l’étanchéité sèche permet de ne plus avoir besoin de dégraisser les fibres. Le simple fait de ne pas dégraisser économise du temps (allant de 5 à 10 minutes pour la préparation du module). Par ailleurs, l’usage de solvants pour nettoyer les fibres n’est plus nécessaire et permet d’éviter une pollution liée aux déchets. Il préserve par ailleurs la propreté des cassettes et tiroirs optiques dans les armoires en évitant tous résidus graisseux.

Le nanomodule permet un accès simplifié, rapide à la fibre et le piquage en ligne

Grâce à l’accès direct à la fibre, cela offre la possibilité de ne pas sectionner l’ensemble d’un module en mid-span. Cet accès simplifié permet de ne plus avoir à dénuder le câble et ne présente plus de risque de casse ou d’effet de paille (kink effect). De ce fait l’intégrité de la fibre est préservée, et garantie sa durée de vie.

Quant au piquage en ligne à la fibre, il permet d’économiser des soudures superflues en accédant directement aux fibres nécessaires : on évalue l’atténuation d’une soudure à 0,1dB (maximum autorisé). En outre, le gain de temps serait de 90 à 135 minutes au global si l’on considère que chaque soudure individuelle requiert 2 à 3 minutes. En évitant ces soudures, cela préserve votre budget optique.

Une nouvelle technologie réduisant l’impact environnemental de vos infrastructures

En premier lieu, le module lui-même présente un gain environnemental : - 4 kg CO2 eq/km par module par rapport au micro loose tube et plus encore sur les autres structures denses actuelles. De plus, cette innovation permet de réduire l’empreinte environnementale de l’ensemble de votre déploiement. En comparant le déploiement d’un câble ULW 72 fibres face à deux câbles de 36 fibres, le déploiement voit son empreinte carbone réduire de 150 kg CO2 eq/km soit 31 %.  

Une infrastructure plus durable

Enfin le nanomodule ULW 72 FO vous permettra de construire un réseau durable en évitant de surcharger les poteaux. En sollicitant moins les poteaux, l’infrastructure devient moins vulnérable à la prise au vent ou autres évènements climatiques et offre une capacité de croissance étendue.

Poids des câbles sur les poteaux